Etes-vous vaginale ou clitoridienne ?

En tant que femme, j’ai toujours été sidérée que certains hommes, sous prétexte qu’ils portent une blouse blanche, puissent sortir du rôle de l’étude anatomique pour conclure définitivement sur des sensations que jamais ils ne pourront éprouver !

Depuis que Freud a décrété que la femme adulte accomplie devait être vaginale, les scientifiques (en majorité des hommes !) ont tiré des conclusions péremptoires, voire définitives sur le sujet, imposant progressivement l’idée qu’il y a d’une part, celles qui sont l’une ou l’autre et d’autre part, un must : celles qui sont les deux !


Un peu d’anatomie pour commencer

Anatomie-du-clitoris-640x738

Le clitoris : trop souvent encore résumé à son seul gland – qui n’est que la partie externe et visible, c’est de loin l’organe le plus sensible chez l’être humain. (Cf. article : Les mystères du clitoris…)

Issu des mêmes cellules embryonnaires que le pénis, il est érectile de la même manière, sa partie invisible comporte deux bulbes érectiles (corps spongieux) et deux piliers (corps caverneux) d’une dizaine de centimètres qui se rejoignent pour former le « corps clitoridien » comprenant le coude, le gland et son prépuce.

Par ailleurs, les nouvelles techniques d’exploration médicale on mit en évidence que les « racines » vaginales du clitoris très innervées, sont également érectiles …

Le Vagin

Partie interne de l’appareil génital reliant la vulve à l’utérus, ses parois sont constituées d’une muqueuse qui se lubrifie durant le rapport sexuel. C’est un organe largement innervé, à la surface duquel se trouvent également les racines clitoridiennes profondes et, sur sa face antérieure un point (ou zone) G dont on soupçonne aujourd’hui un lien direct avec les glandes de Skene.

Ces glandes, de même nature que la prostate masculine, tout aussi érogènes et produisant en plus ou moins grande quantité un liquide dont la composition est proche du liquide séminal, peuvent selon les personnes, donner lieu à une éjaculation. (Cf. Article Femmes fontaines)

Histoire de sensations

Chaque femme est un individu, certaines n’éprouvent d’orgasme que « clitoridien » par la stimulation du gland, des lèvres et du pubis, pour d’autres l’orgasme sera vaginal et pour d’autres encore, les deux…

Eprouver des sensations est par nature une expérience intime, nul ne peut mettre en doute la sensation de localisation précise du plaisir ressenti, même si le plaisir vaginal provient des bras profonds du clitoris, une femme va localiser son plaisir dans le vagin et estimera à juste titre être vaginale.

Un bouton de rose… pour seul siège de nos sensations ?

Un temps la position « in » consistait à nier l’existence d’un orgasme vaginal, en conséquence de quoi, toutes les femmes ayant connu l’orgasme étaient considérées comme clitoridiennes…

C’est un débat assez incroyable quand on y songe, il n’y a aucune gloriole à tirer d’être l’une plutôt que l’autre ou les deux. D’ailleurs se préoccupe-t-on de savoir si un homme est plus « pénien » qu’anal ?

Même si c’est pousser le bouchon un peu loin, je me demande si le fait que nous ayons un clitoris, un vagin et un anus, donc autant de chances supplémentaires d’orgasmes ne les rend pas un peu jaloux !

Références

La fabuleuse histoire du clitoris – Jean-Claude Piquard. Ed. Blanche

F. Dolto : Sexualité féminine

La Sexualité féminine de A à Z


La libertine

About La libertine

view all posts

Jeune Libertine de 25 ans je partages avec vous mon amour pour le Libertinage.Tu cherches à rencontrer des Libertines? REJOINT NOUS ICI Si tu veux baiser ce soir!

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me notifier des