Lexique Libertin

Chéri, moi je veux bien…. Mais nous, on est quoi d’abord ? Mélangistes, échangistes ou « côte-à-côtistes » ???…

tumblr_n413wa5OWk1tqe6cao1_500

Les frontières sont parfois floues dans la définition des termes en usage dans le milieu libertin. La sensibilité de chacun y intervient, tout comme fleurissent les idiotismes favorisés par les milieux clos. Les courtes définitions proposées ici, résultent du consensus admis par le plus grand nombre.

* * *

BDSM : Acronyme (1970) désignant le plus souvent : Bondage, Domination ou Discipline, Soumission et Masochisme ou Sado/Masochisme.

Bondage : Pratique consistant à attacher le partenaire dans un but érotique, au moyen de cordes, menottes, corsets, carcans, etc. Nommée Kinbaku par les japonais, elle est souvent élevée au rang d’Art (Shibari).

Bukkake :Pratique de l’éjaculation collective d’un groupe d’hommes sur une femme ou, sur un homme, sans obligation d’avaler ou de lécher le sperme.

Candaulisme : Forgé à partir de l’histoire du roi Candaule qui regardait avec délectation sa femme le tromper… Très rarement demandé par les femmes, il s’agit de la réalisation d’un fantasme masculin consistant à regarder sa partenaire prendre du plaisir avec un autre homme.

Clédalisme : pratique dans laquelle un groupe de participants (min 10) se livrent aux fantasmes sexuels d’un « maître » selon le scénario qu’il a préparé. Salvator Dali serait l’inventeur de cet exercice très cérébral de la sexualité de groupe. A distinguer de l’orgie ou partouze, qui se déroule librement, sans aucun scénario.

Code de sécurité : Utilisé par les adeptes des pratiques masochistes (bondage, SM, etc.) afin que celui qui tient le rôle de « victime » puisse interrompre le jeu dès qu’il devient insupportable ou dangereux pour sa santé (voir article masochisme).

Côte-à-côte : Pratique consistant à faire l’amour avec son/sa partenaire habituel en présence d’un second couple faisant la même chose. N’exclue pas la possibilité de jeux préliminaires (flirt poussé) hors du couple régulier.

Cuckolding : forme de candaulisme dans lequel le partenaire « voyeur » éprouve le besoin et/ou exige d’être humilié.

Echangisme : Sexualité de groupe dans laquelle des couples (2 ou plus) échangent temporairement leurs partenaires habituels, acceptent également la présence active de célibataires des deux sexes pour se livrer à l’ensemble des phases du rapport sexuel.

Exhibitionnisme : Plaisir à dévoiler en toute impudeur ses parties intimes et génitales et/ou à se masturber en présence de spectateurs consentants ou demandeurs. Ne pas confondre avec la compulsion maladive (apodysophilie), ni avec l’outrage public à la pudeur (absence de consentement du spectateur).

Gang Bang : forme de sexualité de groupe dans laquelle une femme a des rapports sexuels avec de nombreux partenaires du sexe opposé, simultanément ou, l’un après l’autre. Le terme est également employé dans le cadre de relations homosexuelles. C’est le nombre de partenaires qui fait la distinction avec la « pluralité masculine ». Le GB Reverse est employé lorsqu’il s’agit d’un homme avec plusieurs femmes.

Hard : Employé soit pour désigner les pratiques d’imitation des « exploits » issus de la pornographie, soit pour se démarquer des pratiques BDSM soft.

Masochisme : Pratique consistant à rechercher des sensations de plaisir (physique et/psychologique) dans la douleur et/ou l’humiliation. Ce mode de satisfaction érotique nécessite le consentement de la « victime » et de son « bourreau ». Les relations sexuelles peuvent être totalement absentes. (Voir art. Masochisme)

Mélangisme : pratique de jeux et caresses érotiques préliminaires inter-couples sans qu’il y ait pénétration, ni coït en dehors du couple régulier. De nombreux mélangistes excluent toute forme d’orgasme hors du couple, le cunnilingus et la fellation étant alors également interdits.

Pluralité masculine : pratique consistant pour une femme à pratiquer des rapports sexuels avec plus de 2 hommes, au-delà de 4 ou 5, il est coutume de parler de Gang Bang. Le terme est également employé par les homosexuels.

SM : relation contractuelle utilisant douleur, humiliation et contrainte dans un but érotique. Les rôles « sadique/dominant et masochiste/dominé » peuvent être fixes ou interchangeables entre les participants. Ne pas confondre avec le sadique qui trouve son plaisir dans la souffrance non consentie de sa victime. (Art. détaillé Sadomasochisme)

Triolisme : toutes les combinaisons libres entre trois personnes, bisexuelles ou non, 2 hommes et une femme ou bien 2 femmes pour un homme.

Voyeurisme : Nous sommes tous un peu voyeurs mais là, il s’agit de prendre du plaisir à regarder une personne se s’exhiber, se masturber, ou observer un/des couples faire l’amour,sans participer. Avec internet et les sites permettant le chat avec webcam, le voyeurisme et l’exhibition ont de plus en plus d’adeptes.

2 + 2 : forme d’échangisme qui impose l’isolement de chaque duo dans des pièces séparées ou, au minimum, hors de la vue du/de la partenaire régulier (e).

Notez qu’il existe parfois une différence sensible entre le vocabulaire psychosociologique et la réalité telle que vécue et pratiquée par les libertins, dont nous témoignons dans ce petit lexique.