Bondage & Discipline:Sadomasochisme, Domination,Soumission…

Libertines récemment inscrites sur le site

Les jeux de contrainte sadomasochistes dans lequel un dominé se laisse attacher et, se soumet aux désirs de son dominant, existaient bien avant que le mot bondage fasse son apparition ou même, que l’occident fasciné découvre l’art japonais du kinbaku-bi et les délices d’un ficelage esthète…

Partout et de tout temps…

Manière d’érotiser, de fantasmer sur de vieux supplices qui n’ont plus cours, le bondage consiste à ligoter et/ou entraver un(e) soumis(e). Depuis l’antiquité, quasiment toutes les cultures conservent des traces de cette pratique érotique aussi ancienne que le masochisme.

De nombreux accessoires sont utilisés en dehors des cordes : corsets de cuir ou de métal, camisoles, chaînes, entraves et menottes, colliers de dressage, ceintures de chasteté, etc. Auxquels s’ajoutent tous les systèmes permettant l’immobilisation totale : harnais de suspension, cages, etc.

Ce qui compte c’est que la personne se trouve dans une position de vulnérabilité amplifiant son abandon et son obéissance à la discipline imposée par le dominant.

Version orientale du supplice…

Tout droit issu des techniques policières japonaises d’immobilisation, le shibari (ou kinbaku), le ligotage érotique est élevé au rang d’art au début du 20ème et, connais un engouement populaire à partir des années soixante.

Le ligotage est réalisé avec des cordelettes artistement entrelacées, selon des figures rigoureuses dessinant des motifs géométriques qui doivent allier esthétisme et réelle contrainte pour le soumis. Contrairement aux apparences, le kinbaku ne comporte quasiment jamais de nœud. La lenteur du ligotage joue un rôle important dans la montée de l’excitation, pour le soumis comme pour le dominant.

La principale différence entre l’art shibari et le bondage occidental réside dans l’esthétisme, la recherche de stimulation des centres d’énergie et, celle de postures ayant un impact psychologique (humiliation, soumission) procurant une excitation sexuelle.

Occidentale ou orientale,

Il en va du bondage comme des autres pratiques sœurs du masochisme, elle n’est pathologique que dans l’excès, lorsqu’il devient impossible d’éprouver du désir ou du plaisir autrement, que la vie affective, sociale et professionnelle s’en trouve perturbée, que l’on soit dominant ou soumis.

Madame s’il vous prend l’envie d’attacher votre compagnon ce soir et, qu’il se réjouit d’être tout entier livré à vos fantasmes, une seule précaution : Ne perdez pas la clef ou, gardez une paire de ciseaux à portée de mains… et amusez-vous !


La libertine

About La libertine

view all posts

Jeune Libertine de 25 ans je partages avec vous mon amour pour le Libertinage.Tu cherches à rencontrer des Libertines? REJOINT NOUS ICI Si tu veux baiser ce soir!

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz